Dimanche 5 avril 2020

Bonjour Saint Jo !
 
Aujourd’hui débute pour les chrétiens la semaine sainte avec le dimanche des rameaux.
 
Je vous propose de lire le texte écrit par Nathalie BROINE, Adjointe en pastorale aux lycées les Rosiers et Frémont à Lisieux. Elle donne des explications pour mieux comprendre le sens de cette journée.
N’oublions pas de nous réjouir ensemble de cette fête qui annonce la dernière ligne droite vers Pâques.
 
C’est une préfiguration de notre dernière ligne droite vers le déconfinement. Soyons attentifs les uns envers les autres, soyons dans la vérité avec nos proches et nos contacts, soyons humbles face à nos réussites et courageux dans l’adversité.
 
Ensemble on va s’en sortir SANS SORTIR !!!
 
A demain
M. DEFONTAINE
 
Le dimanche des Rameaux est dans le calendrier liturgique chrétien le dimanche qui précède le dimanche de Pâques et qui marque l’entrée dans la Semaine sainte.
Il commémore deux évènements :
D’une part, l’entrée solennelle de Jésus à Jérusalem, où il fut acclamé par une foule agitant des palmes et déposant des manteaux sur son passage, épisode relaté dans les quatre Évangiles canoniques ;
D’autre part, la Passion du Christ et sa mort sur la croix, d’où le nom actuel de « célébration des Rameaux et de la Passion ».
Le dimanche des Rameaux célèbre l’entrée triomphale de Jésus-Christ à Jérusalem.
Dans la tradition juive, les rameaux de palmier et le mot « Hosanna » évoquent la fête des récoltes, Souccot.
Les quatre Évangiles racontent que, peu avant la fête de la Pâque juive, Jésus décide de faire une entrée solennelle à Jérusalem. Il organise son arrivée en envoyant deux disciples chercher à Bethphagé un ânon.
Il entre à Jérusalem sur cette monture et se manifeste publiquement comme le messie que les Juifs attendaient. C’est une monture modeste, comme l’avait annoncé le prophète pour montrer le caractère humble et pacifique de son règne.
Une foule nombreuse venue à Jérusalem pour la fête l’accueille en déposant des vêtements sur son chemin et « en agitant des branches coupées aux arbres », ou rameaux.
C’est en mémoire de ce jour que les catholiques portent des rameaux (de buis, d’olivier, de laurier ou de palmier, selon les régions. Ces rameaux, une fois bénis, sont tenus en main par les fidèles qui se mettent en marche vers Pâques à la suite du Christ.
La foule nombreuse venue pour la fête apprit que Jésus venait à Jérusalem ; ils prirent les rameaux des palmiers et sortirent à sa rencontre et ils criaient :
« Hosanna ! Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! »
La tradition chrétienne veut que nous emportions, après la messe, les rameaux bénis, pour en orner les croix dans les maisons (dans notre région nous allons aussi, dans les cimetières, déposer des rameaux sur les croix des tombes de nos proches) : geste de confiance envers Jésus.

Les traditions surprenantes du dimanche des Rameaux - cath.ch