Lundi 06 avril 2020 (Saint)

Techniques de libération: Magnétisme, mémoire cellulaire ...

Bonjour Saint Jo !
 
C’est lundi. ENCORE un lundi…
 
Oui mais aujourd’hui c’est un lundi particulier ! C’est le lundi saint.
 
Bon je vous l’accorde dans l’église catholique en France on se prépare surtout à célébrer le jeudi saint et le vendredi saint avant la veillée pascale. Je vous en reparlerai dans la semaine. Mais chez nos frères orthodoxes (grecs) on fête lundi saint JOSEPH (le patriarche, pas le père de Jésus !)
C’est une longue histoire, je vous la résume :
 
Joseph était l’un des douze fils de Jacob. Sa mère s’appelait Rachel, et était l’épouse préférée de Jacob (oui parce que la polygamie à l’époque c’était courant…). À la mort de Rachel, Jacob reporta son affection sur Joseph.
Ses demi-frères étaient jaloux de lui. Ils se réunirent pour trouver un plan afin de se débarrasser de Joseph, mais son frère aîné Ruben, s’opposa à ce qu’on le tue.
Un jour que Joseph allait rejoindre son troupeau, ses frères l’attendaient. Ils l’attrapèrent et le vendirent à des nomades qui passaient sur cette route et qui se rendaient en Égypte. Après ses frères ont trempé son vêtement dans du sang. Ils ont été voir leur père et lui ont dit que Joseph s’était fait dévorer par un lion. Jacob était très triste.
Joseph arriva comme esclave chez Potiphar. Il fut nommé intendant. La femme de Potiphar trouvait que Joseph était beau.
Dès que Joseph passa devant elle, elle lui proposa de devenir son amant. Joseph refusa. Elle l’empêcha de partir, mais Joseph réussit à s’enfuir, laissant sa tunique dans les mains de cette femme. Celle-ci accusa Joseph d’avoir essayé de la violer en montrant la tunique à son époux ; Joseph fut jeté en prison.
Joseph parvient à interpréter les songes du pharaon. Le songe des sept vaches grasses et des sept vaches maigres, interprété comme sept années de récoltes abondantes (les vaches grasses) suivies de sept années de famine (les vaches maigres). Sa lecture des songes se révèle véridique ! Il est alors nommé ministre, premier vizir.
Il fait venir sa famille en Égypte où elle est bien accueillie.
Joseph installa donc son père et ses frères, il leur donna une propriété au pays d’Égypte, au meilleur endroit du pays, sur la terre de Ramsès, comme l’avait ordonné Pharaon.
Joseph pourvut aux besoins de son père, de ses frères et de toute la maison de son père.
Après la mort de Jacob, Joseph pardonne à ses frères.
« Vous aviez voulu me faire du mal, Dieu a voulu le changer en bien, afin d’accomplir ce qui se réalise aujourd’hui : préserver la vie d’un peuple nombreux. Soyez donc sans crainte : moi, je prendrai soin de vous et de vos jeunes enfants. »
 
Cette histoire de Joseph est pleine d’enseignements.
Elle rassemble plusieurs propositions que je vous ai faites depuis le début de ce confinement.
 
– Acceptons notre sort, il est parfois pesant de rester chez soi mais au regard des douleurs de plus démunis, vivons heureux de la chance que nous avons d’être en sécurité dans un confort qu’on oublie souvent.
– Occupons-nous des plus faibles et des plus pauvres. Quand la famine arrive Joseph a prévu de nourrir ceux qui ne peuvent plus le faire par eux-mêmes.
– Soyons accueillant avec tous comme Joseph accueille sa famille, celle-là même qui l’a vendu comme esclave !
– Pardonnons à ceux qui nous font du mal. Allons plus loin encore comme Gandhi : RENDONS LE BIEN POUR LE MAL
 
Pour ceux qui le souhaitent, la Direction de l’enseignement catholique nous propose de partager la même façon de suivre cette semaine sainte. Je vous la livre ici en vous invitant à la vivre chez vous, avec vos proches:
 
Les familles peuvent mettre en place un rituel du temps de prière autour d’une bougie, d’une croix en disant le Notre Père, le Je vous Salue Marie, en priant pour les soignants, les familles en difficultés, les victimes du coronavirus.
 
On peut aussi dire une prière d’Alliance pour parler à Jésus comme à un ami, lui dire chaque soir un Merci, un Pardon, un S’il-te-plaît. La prière d’Alliance se présente à partir des cinq doigts de la main.
Le pouce dit « merci » – comme lorsqu’on lève le pouce pour dire « ça va bien ».
L’index dit « pardon » et demande à Dieu de montrer ce que l’on doit corriger dans sa vie.
Le majeur vise plus haut et dit « s’il te plaît » pour voir comment Dieu appelle à progresser dans le service des autres, à aimer davantage, à mieux suivre le Christ demain.
L’annulaire dit « avec toi », en pensant à ceux à qui l’on est relié, en intercédant pour ses compagnons.
L’auriculaire tient parole et dit « OK »: c’est le doigt du cœur-à-cœur fidèle et confiant avec Dieu.
 
Je vous souhaite une journée sainte, où les paroles partagées aujourd’hui vous donnent envie d’AGIR chaque jour par Amour.
 
M. DEFONTAINE